Conte de l’Avent – Comment Joe le cha(t)foin estourbit un canard poilu dans la géode chatoyante – 21 –

Pour avoir le début de l’histoire, c’est ici.

Il eut très très froid. Il s’arrêta, comme paralysé, puis lança un profond rugissement, parti du ventre et qui le réchauffa de la pointe des oreilles jusqu’au bout de la queue. Pour s’orienter dans le brouillard glacé, pour se sentir moins seul et faire reculer les ténèbres, il se mit à chantonner Killing in the name of. D’abord doucement, puis de plus en plus fort. La brume l’enveloppait, tout petit chat dans une mer de terreur, mais sans le toucher. Se souvenant de son catéchisme, il se rêva Moïse et cela lui donna plus de force.

La peur, n’ayant pas de prise sur lui, reflua autour de la raison de Pierre-Henri. Celui-ci allait perdre pied, mais, entendant Joe, l’appelait faiblement à l’aide. Joe se laissa guider, une boule de colère grandissant en lui, enflant tellement qu’elle formait un bouclier autour de lui. Quand il aperçut la volonté de Pierre-Henri pratiquement submergée de cette angoisse sourde et épaisse, il projeta toute sa colère, il hurla d’un son que personne n’avait encore jamais entendu ni n’entendra jamais plus et déchira le voile de terreur qui emprisonnait son ami.

Dans un mini-cyclone anthracite, la peur quitta le corps de Pierre-Henri et vola se réfugier dans le corps du canard, qui s’éveilla terrorisé. Les yeux épouvantés du canard poilu bouleversèrent Joe qui se planta en face de sa tête et lança un dernier rugissement, si puissant que le canaroïde retomba dans les pommes aussi sec. Le mini cyclone repartit par ses oreilles et son bec et quitta la géode par l’ouverture, où il se fit capturer dans un bocal de pâte à tartiner par Samantha la Grise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *