Luce dans les nuages

Cette histoire se déroule dans le même univers que celui de “la boutique de la nuit” et “retour d’expérience“.

Chaque semaine, Luce travaillait, du lundi au jeudi, dans un cabinet d’avocats, à mettre de l’ordre dans les comptes, et à organiser rendez-vous et réunions. Le jeudi soir, elle restait plus tard en ville, pour un atelier chorale qu’elle avait intégré depuis septembre. Le vendredi et le samedi, elle restait chez elle, triant les photos que sa sœur lui avait léguées avant sa mort, deux ans plus tôt. Le dimanche, elle quittait son appartement à 9h et arpentait ville et campagne, aussi loin que ses pieds le lui permettaient, pour revenir à 19h30. Alors elle passait la soirée à cuisiner, préparant des plats simples pour sa vieille voisine, qui n’avait plus qu’à les réchauffer.

En ouvrant la porte à 08h57 ce dimanche de juin, Luce trouva un cube bleu nuit, d’une dizaine de centimètres de côté, sur son paillasson. Intriguée, Luce le saisit et lut l’inscription qui figurait sur une face en lettres dorées : “Escalade dans les Nuages”. Une toute petite carte était scotchée sous le cube, mentionnant : “à ouvrir lundi à 18h12”, sans aucune signature. Pensant à une méprise, Luce posa le cube dans l’espace commun, près des boîtes aux lettres, et partit en balade. En revenant de sa journée en extérieur, elle retrouva le cube sur son paillasson. Elle le prit avec elle et le posa sur la table basse du salon. Fourbue, elle se servit un thé bien chaud avant de cuisiner tomates farcies, gratin de carottes et moussaka pour sa voisine.

Le lendemain, Luce rentra tôt chez elle. Après une douche bien fraiche, elle passa un jogging et un débardeur, puis s’installa confortablement dans le canapé du salon. À 18h07, elle prit le cube sur la table basse et le regarda sous toutes les coutures, sans rien trouver de nouveau par rapport à la veille. À 18h12, le cube s’ouvrit mais Luce ne vit rien à l’intérieur. Elle le tourna dans tous les sens, mais rien n’y fit, il semblait vide. Elle approcha les yeux du fond de la boîte, et trois flashs lumineux l’éblouirent.

Quand elle put voir à nouveau, elle se trouvait au milieu de nulle part, dans un paysage évoquant la toundra ou une immense plaine, sous une chape de lourds nuages gris, sans bâtiment ni humain à perte de vue. Seule, incongrue, une corde nouée se balançait à sa gauche, au dessus d’un sac rassemblant du matériel d’escalade. Luce s’équipa entièrement avant de monter à la corde, nœud après nœud.

Quand elle arriva à portée du nuage, juste à la limite du ciel, elle hésita un moment puis planta un piolet dans la masse grise au dessus d’elle. Il s’enfonça juste ce qu’il fallait, et Luce put progresser ainsi, s’aidant de piolets et de ses crampons pour se faufiler dans les interstices entre deux nuages. Le mouvement de ces énormes nuages gris compliquait sa tâche, mais très vite, Luce se sentit assez assurée : sous elle, il n’y avait plus de vide mais un gigantesque matelas. Elle comprit très vite qu’il valait mieux viser les morceaux de nuages bien denses et éviter les nébulosités qui s’effilochent. Alors qu’elle venait de traverser environ un tiers de la couverture nuageuse, il se mit à pleuvoir sous son nuage. Luce, en bord de ciel, regardait l’eau tomber en gouttelettes. Quand elle voulut reprendre son ascension, l’averse gagnait le nuage au-dessus d’elle. Et là, impossible d’escalader, le courant était bien trop fort pour progresser vers le haut. Résignée, trempée mais émerveillée, elle déambula sur son bout de nuage jusqu’à ce que cesse l’averse. Elle croisa une volée de canards sauvages, perçant le sol à quinze mètres d’elle avant de s’enfoncer dans son plafond.

Quand Luce eut traversé tous les nuages, le soleil allait bientôt se coucher. Le ciel était rose, elle marchait sur une banquise de moutons orangés, s’enfonçant très légèrement à chaque pas, comme un moucheron sur une barbe à papa géante. La vue était splendide, la lumière merveilleuse et toute l’immensité de l’univers vibrait au-dessus de sa tête. Luce s’assit sur un petit monticule nuageux, laissant pendre ses jambes dans un creux assez profond, et regardait le spectacle de la dérive des nuages autour d’elle.

Une femme d’une trentaine d’année, un sourire serein sur le visage, vint la rejoindre. Linda, nouvelle soprano de la chorale. Sans un mot, les “ainsi c’était toi” et “ravie que tu sois venue” s’échangèrent. Les deux femmes, épaule contre épaule, admirèrent le soleil qui disparaissait et profitèrent de la myriade d’étoiles qui les enveloppa alors. Paisiblement, elles s’assoupirent, blotties l’une contre l’autre.

Quand Luce rouvrit les yeux à 07h38, elle était dans son lit, seule, un sourire accroché à ses lèvres. Ce soir, c’était jour de chorale et son cœur battait la chamade.

Conte de l’Avent – Comment Joe le cha(t)foin estourbit un canard poilu dans la géode chatoyante – 24 –

Pour avoir le début de l’histoire, c’est ici.

Deux ans plus tard, Joe et Pierre-Henri fêtaient Noël dans le refuge pour adolescents isolés qu’ils avaient créé ensemble. L’adolescence de Joe était terminée, et sans être vraiment beau, il n’avait plus de boutons ; ni ses cheveux ni sa peau n’étaient gras ; son sourire franc illuminait régulièrement son visage par ailleurs quelconque. Son amitié avec Pierre-Henri lui avait tellement chauffé le cœur qu’il n’était plus du tout en demande auprès des jeunes de son âge, et ses relations en étaient grandement fluidifiées. Il abordait donc sereinement l’âge adulte, confiant en lui et en ses projets.

Ils avaient actuellement cinq jeunes dans leur refuge, deux orphelins trop grands pour être accompagnés par l’Aide Sociale à l’Enfance, et trois jeunes mis à la porte de chez eux par leurs familles que Samantha L’Étoilée leur avait envoyés.

Le repas de fête était chaleureux, à défaut d’être gargantuesque. Chez eux, par égards pour leur ancienne condition, pas de viande ou de poisson, mais une profusion de légumes cuisinés avec amour, des rires, des jeux et tout un tas de pensionnaires à poils, plumes, épines ou écailles qui égayaient leur quotidien en se refaisant une santé. Fidèle à ses promesses, Joe prenait soin des animaux, des villes, des champs ou des bois, qui étaient blessés, affamés ou harassés, et militait auprès des collectivités pour redéfinir le concept d’espèces nuisibles ou utiles. Il avait obtenu gain de cause à Melun où la toute première déchetterie assistée par rongeurs, avec un sanctuaire pour les rats, allait être inaugurée en janvier.

Pour ce Noël, Joe et Pierre-Henri s’offraient mutuellement un tatouage au creux du poignet : pour Joe, la moitié d’une tête de canard, des rastas tombant sur l’œil droit et pour Pierre-Henri la moitié d’une tête de chat avec un bandana.

FIN

Conte de l’Avent – Comment Joe le cha(t)foin estourbit un canard poilu dans la géode chatoyante – 23 –

Pour avoir le début de l’histoire, c’est ici.

Une fois ce futur Pierre-Henri disparu, la lumière bleue abritée par Joe ressortit. Elle flotta devant le petit groupe, puis alla se loger au cœur du Pierre-Henri présent. Celui-ci irradia, éclairant la géode de mille feux. Le jeune Pierre-Henri se rapprocha, lui tint la main puis rétrécit à grande vitesse pour finir aspiré par l’oreille droite de l’homme. Pierre-Henri avait ainsi retrouvé son âme et sa jeunesse.

Il se tourna vers le canard et soupira. L’animal n’avait toujours pas repris conscience. Pierre-Henri le détacha, le recueillit dans ses bras et le tint serré contre son torse. Dans un grand éclair de lumière bleue, le canard poilu fut incorporé à l’homme. Enfin réunifié, celui-ci s’assit en tailleur au sol, appuyé contre une des colonnes de Saphir. Joe vint le renifler et, rassuré par son odeur, se lova au creux des genoux de son ami pour une sieste ronronnante et bien méritée.

Ils se réveillèrent tous deux, bien calés dans un fauteuil dans le salon de Samantha, Joe sur les genoux de son ami. Samantha était étincelante, deux minuscules étoiles argentées faisaient briller la commissure externe de ses yeux. Elle félicita les deux comparses pour leur éclatante victoire sur la Tigrée et proposa à Joe un bol de lait et un choix : souhaitait-il poursuivre son existence sous forme de chat ou bien voulait-il redevenir humain ?

Conte de l’Avent – Comment Joe le cha(t)foin estourbit un canard poilu dans la géode chatoyante – 22 –

Pour avoir le début de l’histoire, c’est ici.

Soulagé, Joe se tourna vers les trois Pierre-Henri. Le jeune se portait comme un charme, il était souriant, détendu, en phase avec le monde et ses habitants. Le Pierre-Henri d’âge moyen se portait beaucoup mieux. Il était alerte, d’une force tranquille, le teint déjà plus sain. Il lui lança un grand sourire franc et lui souffla un baiser volant en remerciement pour son aide précieuse. Joe fut très surpris en regardant le plus vieux des Pierre-Henri. Bien que toujours aussi serein, souriant, stable, il s’effaçait lentement, tel le chat du Cheshire. Il devenait progressivement transparent, mais ne semblait absolument pas paniqué par cet état de fait.

Joe voulut aussitôt sonder son esprit en se synchronisant sur son rythme, mais il ne trouva rien à sonder. Alors il parla, lui demanda ce qui se passait. Le vieil homme lui répondit d’une voix très lointaine, dans un chuchotis ténu. “Je n’ai jamais existé, Joe. Je n’ai toujours été qu’une des possibilités qui s’offrent à Pierre-Henri. Une éventualité suffisamment plaisante pour qu’il ait envie de s’en sortir. Mon rôle ici est terminé. Je m’en vais.
Tu ne peux rien faire pour moi, il faut me laisser partir pour que Pierre-Henri soit totalement libre de son présent. Libre à lui de me faire advenir, ou pas. Mais sache, petit chat, que pour ma part je t’ai complètement dans la peau. Nous n’oublierons jamais ce que nous te devons. Merci Joe, mon ami. Merci mille fois. Vous avez encore tant de belles choses à vivre ensemble, avant que je puisse ré-exister. Profites-en, et prends bien soin de vous. Adieu mon ami.” Et il disparut totalement, son tatouage au mollet subsistant quelques secondes, flottant doucement dans l’air.

Conte de l’Avent – Comment Joe le cha(t)foin estourbit un canard poilu dans la géode chatoyante – 21 –

Pour avoir le début de l’histoire, c’est ici.

Il eut très très froid. Il s’arrêta, comme paralysé, puis lança un profond rugissement, parti du ventre et qui le réchauffa de la pointe des oreilles jusqu’au bout de la queue. Pour s’orienter dans le brouillard glacé, pour se sentir moins seul et faire reculer les ténèbres, il se mit à chantonner Killing in the name of. D’abord doucement, puis de plus en plus fort. La brume l’enveloppait, tout petit chat dans une mer de terreur, mais sans le toucher. Se souvenant de son catéchisme, il se rêva Moïse et cela lui donna plus de force.

La peur, n’ayant pas de prise sur lui, reflua autour de la raison de Pierre-Henri. Celui-ci allait perdre pied, mais, entendant Joe, l’appelait faiblement à l’aide. Joe se laissa guider, une boule de colère grandissant en lui, enflant tellement qu’elle formait un bouclier autour de lui. Quand il aperçut la volonté de Pierre-Henri pratiquement submergée de cette angoisse sourde et épaisse, il projeta toute sa colère, il hurla d’un son que personne n’avait encore jamais entendu ni n’entendra jamais plus et déchira le voile de terreur qui emprisonnait son ami.

Dans un mini-cyclone anthracite, la peur quitta le corps de Pierre-Henri et vola se réfugier dans le corps du canard, qui s’éveilla terrorisé. Les yeux épouvantés du canard poilu bouleversèrent Joe qui se planta en face de sa tête et lança un dernier rugissement, si puissant que le canaroïde retomba dans les pommes aussi sec. Le mini cyclone repartit par ses oreilles et son bec et quitta la géode par l’ouverture, où il se fit capturer dans un bocal de pâte à tartiner par Samantha la Grise.