Couic

Couic.

Couic.

Les couinements répétés et ostentatoires des rats commencent à peser lourdement sur l’ambiance de l’équipe. Depuis le temps qu’ils travaillent là, ils avaient bien vus quelques fois un rat mort près des poubelles… Mais ces derniers temps, ce ne sont pas des rats morts qu’ils voient de temps en temps. Ce sont de vrais rats, bien vivants, qu’ils aperçoivent du coin de l’œil et entendent toute la journée.

Couic.

Thomas, le dernier arrivé, s’insurge de la situation. Il est inadmissible de travailler dans ces conditions, surtout pour une équipe de recherche ! Sans vouloir être élitiste, jamais il n’aurait pensé qu’en étant jeune chercheur, il aurait à côtoyer des “rats de laboratoire” en liberté. Des rats d’égouts, en fait. Ses collègues lui ont expliqué que le bâtiment est vieux, que le sous sol est très peu aménagé et que les gens évitent d’y aller, ce qui favorise la prolifération des “nuisibles”.

Couic.

Couic.

Le bruit est surtout dérangeant le soir, quand le labo devient de plus en plus silencieux et les rats de plus en plus bruyants. On sent qu’ils se battent pour leur territoire, là dessous, et que la guerre est sans merci. L’équipe, petit à petit, a modifié ses habitudes. Ils arrivent assez tôt le matin. Repartent le soir quand le crépuscule n’est pas encore tombé. Et surtout, surtout, ils évitent d’aller seuls au sous-sol chercher des stocks. Particulièrement depuis qu’ils trouvent des cadavres de rongeurs qui ont l’air vraiment mal.

Couic.

Qu’un rat puisse mourir de maladie, cela se conçoit assez bien. Qu’il puisse mourir de blessures, ou d’un abandon par ses congénères aussi. Qu’il meure empoisonné par un membre de l’équipe exaspéré, encore plus. Mais des cadavres déformés, avec des membres en plus ou en moins, un corps tordu, des boules énormes sur le corps… Ça non ! Même les plus vieux ont eu des frissons en voyant l’état de ces rats qu’ils se sentent bien obligés d’appeler mutants. Surtout quand ils se demandent si ce qui met les rats dans cet état n’est pas une substance qu’ils côtoient eux aussi quotidiennement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *